La maladie des abeilles - Le Rucher de l'Ours

Les pesticides déciment les abeilles par milliards !

L'abeille,un acteur essentiel dans la pollenisation des amandiers
Il existe de nombreuses études scientifiques qui démontrent avec certitude les nuisances de ces substances sur les abeilles.

Ce sont les "produits phytosanitaires" plus communément appelés pesticides qui tuent nos abeilles à petit feu partout dans le monde.

L’usage massif, irraisonné, de ces produits durant les dernières décennies a induit une pollution profonde et parfois irréversible des nappes phréatiques et des sols

Tous les secteurs de l’agriculture sont impliqués: céréales, arboriculture, élevage, viticulture etc……..Aucune filière n’échappe à ce modèle d’agriculture productiviste vers toujours plus de  profits, et de rentabilité immédiate sans jamais mesurer les conséquences sanitaires à long termes.

Les nouvelles génération de pesticides ont une toxicité tres élevés, ce sont des neurotoxiques, dits systémiques: la molécule est enrobé autour de la semence et se diffuse directement dans la plante par le canal de la sève. la remanence est grande, les sols restent imprégnés plusieurs années durant.

Les pesticides sont partout, dans l’eau, dans le sol, dans l’air, dans nos aliments, au plus profond de notre corps : dans les cheveux des enfants (Un fait d’actualité récent)  Cela représente une menace sanitaire majeure pour l'humanité.

Les pesticides sont également la principale cause du déclin des abeilles dans le monde,

Les intoxications violentes et massives d'abeilles sont heureusement moins fréquentes que par le passé.
La législation tend à mieux encadrer les pulvérisations de pesticides, fongicides, herbicides sur cultures  (l interdiction de traiter le jour avec des produits nocifs pour les abeilles vient de rentrer en vigueur depuis peu)

Mais au-delà, ces produits à très forte rémanence peuvent rester actif très longtemps dans les sols et remonter par le nectar des plantes. Les abeilles sont donc exposées en permanence et partout à des doses infinitésimales non létales qui peuvent affecter gravement leur santé et leur comportement :

Les neurotoxiques peuvent agir de facon indirecte plusieurs mois après le contact.
L’exemple des 5000 ruches décimées en l’Ariège pendant l'hiver 2013  par les produits de traitements et de soins des animaux est édifiant.
C'est pendant la belle saison, que les abeilles ont assimilé et stocké dans leurs graisses des doses infinitésimales de produits en butinant allégrement les plantes des pâturages de montagne.
Et c'est pendant l'hiver, plusieurs mois après le contact, que les abeilles en consommant leurs graisses perdront leur instinct vital de se rassembler en grappe pour se protéger du froid, instint pourtant inscrit au plus profond de leur génome...

Notre longue pratique de l’apiculture, et notre proximité avec les abeilles nous ont permit d’observer de nombreux changements et de nombreuses anomalies dans le comportement des abeilles au fil de la précédente décennie.
Il semble que l’on puisse établir une relation directe entre l’apparition de ces nouveaux pesticides et le fameux syndrome d’éffondrement des colonies d’abeilles.

Ce que les apiculteurs observent parfois dans les colonies est consternant. Nous sommes nombreux  à relater des comportements étranges, inhabituels pour les abeilles.

Avec ces neurotoxiques,  quand les abeilles ne meurent pas immédiatement, elles perdent la tête  comme si elles étaient sous l’emprise d’une drogue.
A l’époque du Gaucho, elles perdaient le sens de l’orientation et mourraient en plein champ faute de retrouver l’emplacement de leur ruche.

Les pesticides sont des perturbateurs endocriniens. Le processus de reproduction naturelle de l’abeille semble directement affecté :
On constate une recrudescence des colonies bourdonneuses ce qui laisse à penser que les reines sont mal fécondées par des males de plus en plus stériles.
Les reines qui autrefois pouvaient être prolifique 4 ou 5 années durant, perdent rapidement leur vitalité.  Il faut les remplacer tous les 2 ans pour éviter que la colonie ne périclite
Les arrêts de la ponte sont fréquents, ils peuvent apparaitre à tout moment même en pleine miellée.
A l’automne, on voit beaucoup de colonies s’effondrer, la reine même jeune ne reprend pas sa ponte.

Le remérage des jeunes essaims devient très fréquent : dans une colonie bien dynamique,sans raison apparente les abeilles tuent la jeune reine qui pourtant avait  bien démarré la ponte.

Les défenses naturelles des abeilles sont affaiblies, elles ne résistent plus aux attaques des bactéries et des différents parasites. Et puis surtout les abeilles ne travaillent plus comme avant. On note partout des baisses de  production très importantes. Sur les emplacements de ruchers pour le Rhododendron ou l’on faisait couramment trois hausses de miel par ruche on arrive maintenant péniblement à en faire une.
On a clairement l'impression que les abeilles renâclent à l’ouvrage, qu’elles luttent en permanence contre un mal invisible.

la vraie maladie des abeilles s'appelle << Pesticides >>  L'exemple de l'Italie est révélateur: depuis la suppression des néonicotinoides les mortalités d’abeilles ont quasi disparus.

Un nouveau fléau menace nos abeilles il s'appelle OGM:  Une plante est le plus souvent génétiquement modifiée pour resister à des épandages massif d' herbicides, mais elle peut également produire son propre insecticide.
Une véritable réjouissance pour nos petites avettes !!!
A noter que les vendeurs de semences OGM produisent également ces fameux herbicides.........

Le salut de nos abeilles passera par les opinions publiques. Parlez en autour de vous, répandez l'information.
Les Abeilles ont besoin de nous ! et nous avons besoin d'elles. C'est plus que jamais le moment d'agir

A suivre......PW


Compare 0